Le tourisme de tous les dangers dans le sud des Philippines

Le sud des Philippines en proie à une instabilité chronique est fortement déconseillé aux touristes. Les autorités locales n’en vantent pas moins les charmes.

L’île de Tawi-Tawi, dans l’extrême sud des Philippines, a tout pour être paradisiaque : des plages de sable blanc, des eaux turquoises, des grottes préhistoriques, un relief montagneux… Problème : elle se situe au sud de Jolo et de Basilan, dans une zone d’insurrections et de banditisme armés. Même la grande île de Mindanao, plus au nord, demeure le théâtre d’affrontements armés en dépit de négociations irrégulières avec les insurgés islamistes ou néo-communistes.

Cet environnement défavorable n’a pas empêché les responsables locaux du tourisme de lancer une nouvelle campagne de promotion, vantant les charmes de Tawi-Tawi et des îles alentours. Dans son édition en ligne du 14 avril, le New York Times rapporte qu’une précédente campagne, intitulée «C’est plus drôle aux Philippines», diffusée sur tout le territoire, avait été raillée par les internautes. Des pastiches avaient fleuri sur les réseaux sociaux. Des vidéos reprenant le slogan du ministère circulaient avec, comme images, des hommes armés et des touristes en captivité, yeux bandés.

Les pays occidentaux déconseillent fortement à leurs ressortissants de se rendre dans ces régions. En février dernier, deux ornithologues européens ont été enlevés à Tawi-Tawi et n’ont pas été libérés. Les autorités locales estiment qu’il s’agit d’un «cas isolé», dû «au non respect des consignes de sécurité» de la part des victimes

Note: 
0
No votes yet